Une recyclerie oubliée des politiques

31.01.2020

L'Or des bennes, la recyclerie crestoise, est une réussite économique et humaine. Mais les communautés de communes ne s'y intéressent pas, déplore Charlotte Sangla, sa présidente.

L'or des bennes,  après un peu plus de 2 ans d'existence, c'est 7 salariés, 40 bénévoles (soit 7 équivalent temps pleins), 15 000 visiteurs par an et 75 tonnes  de produits recyclés. Et des charges totalement couvertes par ses ventes.

Dans une recyclerie, on donne et on vend, bien sûr, nous dit la présidente. Mais on sensibilise aussi aux nouveaux modes de consommation, au recyclage, aux circuits courts et viennent de démarrer des ateliers de création avec les matériaux récupérés , dans une salle nouvellement aménagée.

C'est aussi un lieu de vie qui crée du lien entre les bénévoles.

La plupart des recycleries existantes sont soutenues par les collectivités locales. Le minimum est de reverser à la recyclerie ce que coûterait le retraitement de ce qu'elle recycle : L'Or des bennes pèse soigneusement tout ce qu'elle récupère. Certaines communautés de communes fournissent le bâtiment ou soutiennent l'existence d'un chantier d'insertion, créateur d'emploi.

Mais rien de tel dans la biovallée, regrette Charlotte, l'indifférence est totale malgré tous les efforts qu'elle a déployés.

Propos recueillis par François Bouis

 


Lire aussi sur la thématique :

Connectez-vous pour publier un commentaire
   À LA UNE  |  OPINIONS