Opinions

Budget 2019 de la CCCPS. Tout va bien



Tout va bien madame la marquise


Ce mardi 12 mars, ultime débat budgétaire à la CCCPS. Les options avaient été clairement posées.

D’un côté, certains membres du bureau et le président Magnon ont récemment exprimé des questions essentielles : la communauté de commune est-elle déficitaire, faut-il augmenter les impôts de 20% pour équilibrer le budget courant dans un premier temps et beaucoup plus ensuite pour financer le centre aquatique ? Faut-il revoir la participation financière de certaines communes suite à " la réhabilitation de nombreux bâtiments transférés en mauvais état" ?

D'un autre coté, la mairie de Crest a vu dans le rapport de la cour des comptes que la CCCPS a des réserves financières suffisantes. Le sujet est important, car M. Mariton est contre les augmentations d’impôts. Or, c'est cette année que va avoir lieu la campagne électorale pour les prochaines municipales, où se compteront les promesses non tenues.

Ce mardi 12 mars, la controverse devrait être close. Finalement, tout va bien. Revirement du président de la com com. Si une petite augmentation des taxes de 2% est prévue, ce sera simplement pour compenser la baisse des subventions de l’état, nous explique cette semaine M. Magnon dans un communiqué. Nous lisons aussi dans le document préparatoire :

"Le Président indique que des solutions pérennes devront être mises en place pour le vote du budget 2020, car la situation financière, comme tout le monde peut le comprendre, ne peut pas perdurer"
Mais en attendant les solutions pérennes, certains devront faire quelques économies tout de suite.

Une baisse des financements est prévue pour :

  • Associations sportives
  • Mission locale
  • MJC Nini Chaize
  • Office du Tourisme
  • Dépenses pour l’entretien des bâtiments
  • Participation au SMDVD (SCoT)

Quant au centre aquatique ? Pas d'économies prévues. Une nouvelle ligne de 500 000€ apparaît dans le compte qui lui est réservé pour 2019 ; un emprunt à rembourser après les élections ?


François Bouis, conseiller communautaire.

 

 


publié le 11/03/2019