La Bourse ou la Vie

Que faut-il penser de l’effondrement que certains annoncent ? C’est possible, mais rien ne prouve que la science et la technique n’apporteront pas de solution… et qu’ainsi une croissance infinie restera possible dans ce monde fini. Que faut-il penser de l’effondrement que certains annoncent ? C’est possible, mais rien ne prouve que la science et la technique n’apporteront pas de solution… et qu’ainsi une croissance infinie restera possible dans ce monde fini.

Faut-il craindre le metolachlor ?

On sait que les perturbateurs endocriniens présents dans les pesticides se retrouvent dans l’eau de surface. Cette pollution est mesurée régulièrement par les agences de bassin, mais l’information reste confidentielle. Il existe pourtant une base de données publique, http://naiades.eaufrance.fr/ mais son utilisation n’est pas évidente pour le profane. Heureusement, l’association Générations Futures vient d’y remédier, en publiant des cartes de l’impact de ces perturbateurs endocriniens (PE) , département par département.

Résistance

Lycéens et collégiens seront-ils les nouveaux résistants ?

CCCPS : Au-delà des ambivalences

Lors du dernier conseil de la CCCPS a été votée une augmentation des impôts de 2%. Cette décision résulte d’un compromis entre les partisans d'une augmentation de 20% à 60% (suivant la prise en compte du financement du centre aquatique), présentée comme indispensable dans le rapport d'orientation budgétaire de janvier dernier et M. Mariton, maire de Crest, qui souhaitait le maintien des taux fiscaux actuels.

Hermann, ton visage est sur le mien

Réfugié camerounais, Hermann Mouafo Josué a traversé plusieurs pays avant d'arriver en France il y a plusieurs mois. Voici sa chanson "Ton visage est sur le mien" dont le clip a été réalisé par Léo Polly. Réfugié camerounais, Hermann Mouafo Josué a traversé plusieurs pays avant d'arriver en France il y a plusieurs mois. Voici sa chanson "Ton visage est sur le mien" dont le clip a été réalisé par Léo Polly.

Le mouvement lycéen, c’est quoi ?

Le mouvement lycéen a pris forme peu après le mouvement étudiant, caractérisé par les nombreux blocages de facs (Tolbiac, Jean-Jaurès, Rennes 2, Paul Valéry…), engendrant de nombreux abus policiers et arrestations (Mantes-la-Jolie). En 2018, la loi ORE (Orientation et Réussite des Etudiants), la plateforme Parcoursup, la mise en place d’une sélection déguisée et l’accroissement des inégalités scolaires, a donné naissance à une colère générale, grandissante et se propageant dans les lycées. L’annonce d’une réforme du baccalauréat, comprenant l’ajout de spécialités, pénalisant les petits lycées et les familles modestes, ne fait qu’aggraver cette colère. Aujourd’hui, après les appels des syndicats étudiants, les lycéens se mobilisent contre l’éducation ouverte aux plus riches et pour un système éducatif égalitaire et libre.

Un petit conte à clés : les nains jaunes

La stroumpfette est passée me voir ce matin. Elle m’a tout raconté. Pour elle, les nains sont des géants, mais les géants se soucient peu des nains... Alors, elle se faufile partout et récupère des tas d’informations. En réalité, j’ai planté de la salsepareille dans mon jardin et je l’ai un peu apprivoisée. Apprivoisée ? Non, c’est plutôt elle qui m’a apprivoisé. Elle est mon média préféré. Elle me dit tout. Et ce qu’elle me raconte est édifiant…

Le Bec vous ouvre ses colonnes pour le grand débat

Contribuez au grand débat en envoyant vos textes au Bec. Le grand débat lancé par le président de la République, est une façon de donner la parole aux citoyens et citoyennes françaises. Les manifestations des gilets jaunes ont fait ressortir un certain nombre de problématiques que le gouvernement a décidé de traiter à travers ce grand débat. Voici les 4 grands thèmes retenus :

Plus jamais ça ?

Nous étions nombreux devant le Monument aux Morts en ce matin du 11 novembre. Jeunes ou vieux, de gauche de droite ou d’ailleurs, unis par la même émotion, unis par l’Histoire. Nous étions nombreux devant le Monument aux Morts en ce matin du 11 novembre. Jeunes ou vieux, de gauche de droite ou d’ailleurs, unis par la même émotion, unis par l’Histoire. Chacun à sa façon. Avec mes 71 ans, je pensais avec effroi à mon grand-oncle, un gamin de vingt ans mort en juin 1918… l’âge de mes petits enfants ! Je pensais aussi avec tristesse à mes deux grands-pères, blessés emmurés dans le silence de leurs traumatismes.

La colère des gilets jaunes

Samuel Amédro, ancien pasteur à Crest, nous parle de la colère des gilets jaunes en la comparant à celle de Jésus de Nazareth.